Partager cette page
Urgences Adulte
Urgences adultes
022 305 07 77
du lundi au vendredi de 7h00 à 23h00, les weekends et jours fériés de 8h00 à 23h00
Plus d'information
Pharmacies de garde
Urgences Enfant
Urgences enfants
022 305 05 55
du lundi au dimanche de 9h00 à 22h00
Plus d'information
Pharmacies de garde
Trouver un médecin
Rechercher par spécialité
Voir toutes les spécialités
Rechercher par nom
Voir tous les médecins

Vous avez dit troubles du rythme cardiaque?

«Réaliser un diagnostic ou viser un objectif thérapeutique: notre discipline est capable d’effectuer les deux missions selon les cas », explique l’un des spécialistes en cardiologie et en rythmologie cardiaque de la Clinique des Grangettes.

La rythmologie cardiaque? «Le cœur peut battre trop vite – on parle alors de tachycardie – ou, au contraire, trop lentement – on parle ici de bradycardie. Dans chaque hypothèse nous pouvons intervenir.» L’électrocardiogramme permet généralement le diagnostic. Dans les cas complexes, de petits cathéters (des petites tiges) peuvent aussi être introduits dans le corps pour un examen plus poussé. Il est dès lors possible d’étudier le système électrique du cœur et d’intervenir, au besoin, pour agir sur les causes du mal. Ces interventions mini invasives (qui n’affectent pas ou peu l’organisme exploré) se font la plupart du temps sous forme ambulatoire, en moins de vingt-quatre heures d’hospitalisation, et avec une anesthésie locale.

Lorsqu’une bradycardie est détectée, on introduit ainsi dans le cœur, de manière définitive, deux sondes reliées à un stimulateur (pacemaker). Lorsque, au contraire, c’est une tachycardie qui est signalée, l’intervention consiste à pratiquer une petite brûlure dans le cœur à l’aide de minces cathéters introduits par une veine de l’aine et d’un courant de radiofréquence. Avantage dans tous les cas: on guérit! Il n’y a pas ici de médicaments à prendre indéfiniment: on retrouve une vie normale.

Le cœur peut aussi battre de manière totalement inadéquate. Pour traiter cette arythmie provenant des ventricules (qui constituent chacun des deux compartiments inférieurs du cœur, séparés par une cloison), un stimulateur électrique cardiaque particulier – un défibrillateur automatique implantable (DAI) (Automated Implantable Cardioverter-Defibrillator/ AICD) – va agir sur plusieurs points spécifiques et, de cette manière, éviter un risque de mort subite.

«De nombreuses opérations nécessaires pour implanter les outils capables de remédier aux problèmes liés au rythme cardiaque sont vraiment assez légères aujourd’hui. Des complications sont toujours possibles, mais le risque reste faible», mentionne un des cardiologues de la Clinique des Grangettes. Les traitements à base de médicaments ne sont, quant à eux, plus d’actualité par rapport aux atouts des actions chirurgicales menées par les experts en rythmologie. Ils peuvent se justifier dans des cas particuliers, mais une action à long terme passe souvent par une autre intervention. Il faut dire également que la plupart des techniques de petite chirurgie nécessaires pour «réparer» un cœur au rythme défaillant ont connu des progrès fulgurants ces dernières années. Les coûts ont en outre baissé et elles se sont démocratisées.

Un des derniers défis techniques consiste maintenant à s’affranchir des rayonnements, en réduisant la dose d’irradiation du patient comme des soignants. Les rayonnements sont la conséquence des techniques opératoires mini-invasives, très courantes, comme on a pu le voir, quand on parle de rythmologie et qui s’accompagnent d’un guidage des instruments sous rayons X. Différentes solutions sont heureusement envisageables et en cours de développement pour remédier à la situation. La cartographie du corps en 3D qui permet une visualisation des organes avec une grande précision est une piste crédible pour mener des opérations sans l’utilisation de rayons.

La miniaturisation continue des pacemakers et des autres équipements médicaux représente une autre source de progrès à venir, tout comme la robotisation de certains systèmes opératoires. La télémédecine a aussi bénéficié aux acteurs de la rythmologie puisqu’aujourd’hui un suivi des malades à distance s’effectue sans problème. Une alarme se déclenche et avertit le médecin en cas de défaillance du cœur.